IHOP

Los Angeles, la cité des anges (2nd part)

On continue un peu sur LA qui mérite quand même deux petits articles. Big city = 2 articles, small city = 1 article. C’est la base you know.

On vous a parlé de Santa Monica et Venice Beach mais on ne vous a pas parlé de West Hollywood ! C’est le quartier gay de LA qui abrite aussi le Getty Center : vue sympa, endroit crokichou, bonne bouffe à la cafétéria mais concrètement les expos permanentes…c’est pas le Louvre hein… West Hollywood c’est aussi là où il y a la fac UCLA (University of California Los Angeles), où a étudié Carlos Castaneda soit dit en passant.  Alors oui vous vous demanderez ce qu’on a foutu là alors qu’on avait que trois jours à Los Angeles…c’est sans savoir qu’Uncas voue une véritable passion pour les campus américains (big fan ! cœur avec les doigts) et par conséquent me traîne dans TOUS les campus qu’il peut (quand je ne résiste pas…)! C’est vrai que ce sont souvent des endroits sympas (j’aurais trop aimé étudier dans un campus !) en mode jardins, pelouses, parcs, vieux bâtiments… cool quoi. Enfin c’est surtout pour apaiser la soif de shopping d’Uncas qui est toujours à la recherche d’un teeshirt ou d’une casquette de la fac en question. Je ne vous raconte pas quand on a été dans le campus de la University of Oregon à Eugène dans l’Oregon et qu’Uncas s’est rendu compte que leurs couleurs étaient bien dégueulasses genre vert/jaune moche avec un canard sosie de Donald Duck comme symbole. Là tu peux être sûr qu’il n’y a pas moyen de dégoter un truc sympa. Enfin bon si vous croisez Uncas avec un sweet Arizona Wildcats (de l’University of Arizona…) ou un t-shirt (University of) Illinois (celui-là il est stylé ; c’est moi qui l’ai choisi !) c’est normal il ne faut pas chercher.

Vue du Getty Center

Vue du Getty Center

UCLA

L’équipe de je ne sais pas quoi de l’UCLA

West Hollywood donc si vous voulez boire un coup, traîner dans la première ville à avoir eu un conseil municipal majoritairement gay (plus de 40% de la population est homo…) et aller au club mythique Whisky a go go, dont Jim Morrison a repeint la porte il fut un temps, mais qu’il parait qu’aujourd’hui c’est plutôt hard rock vener et que les proprios ne sont pas sympas… A voir donc…Quoi d’autre ? Quoi d’autre ? Il y a plein de trucs qu’on a pas pu faire : les parcs, la visite des studios hollywoodiens (un de mes gros regrets car je ne sais pas ce que ça donne mais je serais curieuse de voir…), Muholland Drive ou encore la visite de Compton et South Central avec d’anciens membres de gangs qui ont lancé un tour guidé (il parait hein…si vous voulez plus d’infos c’est par là : http://lagangtours.com/). Ou encore le Grammy Museum dans le centre-ville qui avait vraiment l’air bien. Le centre-ville d’ailleurs c’est sympa pour chiller un coup tout en buvant du BOBA, cette espèce de thé avec des bulles au tapioca parfumées et du lait. So US ! Non je rigole je dis jamais « chiller » normalement et je trouve ça tout pourri les gens qui le font ou qui utilise d’une manière plus générale des mots en anglais quand ils parlent…(non mais sérieux c’est quoi cette mode ridicule ?!)  et en plus le BOBA je trouve ça franchement pas bon. Les bulles, on dirait des bulles de bain parfumées tu vois le genre… enfin je sais pas mais ingurgiter ça c’est pas le top niveau gustatif quoi. Pareil il semblerait que downtown n’était pas franchement fréquentable il y a quelques années. Aujourd’hui c’est un tierquar de taf plus qu’autre chose même si apparemment ça s’anime de plus en plus la nuit. En tout cas ça a été un gros coup de cœur pour moi. J’ai bien aimé le côté grosses avenues, gros buildings mais presque personne dans les rues.

Downtown

Downtown

jaune rouge

Me suis fait une tite session NB dans le centre... bon c'est pas ça encore hein?!

Me suis fait une tite session NB dans le centre… bon c’est pas ça encore hein?!

 

downtown los angeles

En tout cas ce qui est sûr c’est qu’aller à LA c’est aussi plonger un peu dans l’histoire des Etats unis. Deuxième plus grosse ville du pays, sa population a littéralement explosé depuis la création de ce qui n’était alors qu’un village. L’activité à la fin du 19ème c’est plutôt à San Francisco que ça se passe. Alors le mythe est propagé : Océan Pacifique, grands terrains entre désert et plages qui s’étendent à l’infini, éden pour les migrants en quête d’un ailleurs. Mike Davis l’explique bien dans son fameux City of Quartz, Los Angeles, Ville du futur : « [LA] est depuis 1888, une marchandise, quelque chose dont on fait la publicité et qu’on vend au peuple américain comme les automobiles, les cigarettes ou du dentifrice. » Et ça marche. Aujourd’hui il est difficile de croire qu’il n’y avait qu’une quarantaine d’habitant dans la ville fondée par les espagnols en 1781 et qu’en un peu plus de 200 ans on est passé à plus de 18 millions (LA et sa banlieue). C’est fou. De toute façon les States c’est le pays des trucs fous. Des gros espaces, des grosses caravanes, des grosses villes, des gros parcs -le plus gros parc urbain du monde, le Griffith Park est à LA..… Bref tout est huge, ça file le tournis. Ce qui est super huge aussi à LA c’est le nombre de mexicains qui s’y sont établis et pour la faire courte de latinos!. En Californie presque tout est traduit en espagnol, les gens connaissent facilement quelques mots et on sent qu’il y a une forte présence de la langue dans la culture en générale : la bouffe c’est tacos et burritos. Si vous aimez pas la bouffe mexicaine circulez il n’y a rien à voir. Mais à Los Angeles c’est vraiment puissance 54. Tout est écrit en espagnol, t’entends que de l’espagnol dans la rue, tu as l’impression que TOUS les commerces sont tenus par des latinos et quand dans le Greyhound entre San Francisco et Phoenix on a fait un arrêt de 30 minutes à LA à 3h du mat et que le chauffeur nous a dit qu’il y avait une meuf qui vendait des tamales supers bons dans un camion devant la station, là on s’est dit ah ouais on est vraiment pas loin du Mexique…. Bref les latinos sont dans la place. On n’est pas né de la dernière pluie et on sait bien que LA c’est aussi la ville des émeutes de 1992 suite à l’acquittement des keufs qui avaient passé à tabac Rodney King, un renoi qui avait tenté de fuir après un excès de vitesse. Ce fut l’occaz pour tous les laissés pour compte d’exprimer leur colère dans un Los Angeles en proie au chômage, aux keufs corrompus, aux luttes entre communautés, à l’explosion démographique des latinos dans les quartiers renois… Bref un LA un peu sous tension quoi. Et puis faut pas oublier que la ville est un exemple urbain parfait de ce qu’on peut faire de pire en matière de ségrégation spatiale : un entre soi gerbant promu notamment par les nombreuses gated communities, des dispositifs anti clodos, des minorités enclavées dans des banlieues lointaines (ou pas), des ghettos partout…. Tout ça fait qu’en 1992, suite aux émeutes, on compta des milliers de blessés, une cinquantaine de mort etc etc. Une année que personne n’oubliera dans la ville. Mais on s’en fout car nous on est touristes en 2015!!!  Et ouais ! Tout ça pour dire que cette ville en jette à max, et encore on a rien vu ! Allez y si vous avez l’occaz! Allez tchao les bambinos.

us

us

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *