Mahahual 4

Les caraïbes au Mexique: Quintana GRoo!!!

Cancun, 15 août 2015, J-2 avant San Francisco.

Ouais ça faisait pas mal de temps qu’on n’avait pas craché quelques pages comme ça…au détour d’une pause dans le voyage. Mais on n’a pas eu le temps, vraiment. Le Mexique ça a été famille pour nous (la famille ya que ça de vrai yo !), rencontre avec notre super neveu au top (c’est le plus beau, ne cherchez pas, les vôtres ne valent rien en comparaison), et famille de France qui vient rendre visite, tout ça tout ça. Bref pas une seconde pour nous. Cela fait pourtant plus d’un mois qu’on est dans le Yucatan, terre humide et chaude où mon grand frère a décidé d’installer sa hutte maya. Moi la chaleur…ça me rend toute molle comme un asticot, je m’évanouis en une seconde (si ! si ! enfin Uncas dit que je m’endors mais non je m’évanouis ) du coup on a pas été hyper pro actif niveau blog, et puis on a plein d’autres projets en tête et choses et autres à organiser avant les Etats Unis. Mais pour ceux que ça tenterait d’aller prendre une petite suée dans le Yucatan vraiment venez car c’est top ! Entre cenotes pour se rafraichir (expérience inoubliable !), haciendas, super jolies églises et couvents et surtout sites mayas style puuc dont le magnifique Uxmal il y a vraiment de quoi faire et puis surtout vous serez loin des hordes de touristes du Quintana Roo, état qui longe la côte des Caraïbes et qu’on soupçonne d’avoir été créé spécifiquement pour le tourisme (en 1974 ! c’est un des états les plus « jeunes » du Mexique avec le sud de la Basse Californie super touristique aussi….) : facilités fiscales, facilités de « je construis des trucs énormes, supers moches et qui pourrissent toute la côte sans problème » et facilités de « dans une réserve de la biosphère je peux tout privatiser ». Beurk. D’ailleurs on va commencer par là avant de parler du Yucatan (on en parlera dans un prochain article !). Car finalement on a passé pas mal de temps dans cet état gringo, pourri par le tourisme de masse qui va faire la fête à Cancun et qui s’achète des débardeurs fluos bien dégueulasses «  I was in Cancun bitch ». Enfin entre ça et le groupe d’américaines blondes qui portent toutes le même teeshirt représentant une fausse femme en string rose à énormes seins. Je ne sais pas ce que j’ai préféré. Ici, la plupart des mexicains te parlent en anglais et en dollars et sont assez peu aimables…en tout cas assez pour que tu te dises que le tourisme a transformé pas mal de choses…. Tout ce qu’on déteste quoi. Mais c’est les Caraïbes du coup bin… même si l’ambiance est pas gégé, quand même c’est super méga beau. Je veux dire…qui cracherait sur des eaux cristallines et du sable fin blanc. Personne à part Uncas. Bon. Même si cette année il y avait une invasion d’algues rouges puantes bien visqueuses enlevées seulement devant les plages privées des hôtels par des mexicains à brouettes. Re beurk (pour les algues, et le mexicain à brouette qui travaille en plein cagnard…).

Algues rouges!

Algues rouges!

C’est un peu comme aux States tu vois : le concept d’espace public…c’est pas leur fort. Exemple : dans le Michigan alors qu’on cherchait un coin tranquille autour d’un lac pour faire un picnic et qu’il n’y avait que des baraques, on s’arrête demander à un mec : « ey msieur siouplait il n’y aurait pas un endroit où on pourrait manger notre sandwich sans rentrer illégalement dans le jardin de quelqu’un ? » Et là le mec nous répond avec ses gros yeux qui disent non mais mes petits cocos (dans les deux sens du terme pour lui…) vous ne savez pas où vous avez foutu les pieds là: «  Un espace public ! Je n’ai jamais vu ça ici de toute ma « fuckin life » ! Le mec approchait les 80 ans… tu as vite compris quoi. En effet, le seul endroit où on avait finalement pu se caler c’était l’espèce de parking d’où les riverains faisaient entrer leur bateau sur le lac. Super spot ! Bref, les plages publiques sont rares dans le Quintana Roo et les gens ont à peu près la même réaction que notre michiganer quand tu leur demandes où en trouver une. Sans passer par un hôtel et louer une palapa, entendre table/chaise ou transat + parasol en bois et feuilles de cocotier, ça devient compliqué. En fait faut s’imaginer le truc un peu comme ça : sur la plupart des plages la place sous les cocotiers est chère, il faut arriver tôt, rester squatter sans pitié car si tu t’en vas les gens pauvres comme nous se collent littéralement à toi pour eux aussi avoir leur place au soleil…enfin à l’ombre. Sinon tu as deux options qui s’offrent à toi : mourir d’un combo chaleur/insolation/coup de soleil/œuf au plat/déshydratation ou payer ta tournée de margaritas pour avoir accès aux transats des hôtels qui envahissent les ¾ des plages. Vous voyez le genre.

Isla Mujeres...

Isla Mujeres…

Isla Mujeres 3
Enfin j’exagère un peu avec de la volonté vous pourrez trouver votre cocotier préféré ou vous faire passer pour des clients de l’hôtel…Sur l’île de Cozumel avec notre pote Galette qui de toute façon ne lit pas ce blog donc ne pourra rien dire sur le fait qu’on dévoile le surnom pourri qu’on lui a donné au monde entier (oui au monde entier !), on a même profité gratuitement de gigantesques jeux dans l’eau : toboggans, trempolines etc… l’art de resquiller. Youhou. On a fait la même le lendemain en utilisant les transats d’un hôtel qui devait avoir une des seules plages sans algues de l’île. On est trop des oufs t’as vu ! Des rebelles ! Enfin…Cozumel : check. Cozu pour les intimes c’est une île super méga cheloue, moitié abandonnée, moitié il y a des magasins de luxe type Cartier dans le centre-ville où il n’y a personne dedans, moitié des resorts (à prononcer à l’américaine) partout qui transforment pas mal le paysage. Dans le mauvais sens. En fait c’est un des plus grands spots d’accueil de bateaux de croisières du Mexique mais aussi une des premières îles à avoir développé le tourisme sur la côte. Du coup ça fait un mélange d’infrastructures vieillottes et de vie qui finit tôt car les bateaux sont déjà repartis. Pas top.

Mais les couchers de soleil à Cozumel...c'est quand même cool!!

Mais les couchers de soleil à Cozumel…c’est quand même cool!!

Bref on ne sait pas si c’est l’effet algues mais à choisir mieux vaut aller à Isla Mujeres. Plus petite, plage publique au top, moins de resorts énormes, location de voiture de golf abordable (oui vous avez bien lu) et des plages d’un bleu magnifique. Sinon la côte Caraïbes il faut s’imaginer une route de Cancun à Tulum, avec des énormes entrées de resorts partout, des hôtels dont les pancartes sont exactement les mêmes que les pancartes de direction, des parcs à jeux géants et tout cela qui ne s’arrête pas sur 150 bornes environ jusqu’à Tulum. Aucun accès à la plage visible, que des delphinarius, spectacles de faux mayas, reconstitution de Xochimilco et autres villes privées. A gerber. Vraiment. Pire en réservant un appart sur le net on s’est retrouvé dans une de ces fameuses villes privées. Horrible. Pour tout vous dire le truc s’appele Puerto Venturas. Et en arrivant là-bas avec la bagnole, je vais côté village en demandant mon chemin, personne ne sait. Ce n’est qu’en tournant qu’on découvre l’autre côté de Puerto Venturas, la ville fermée, dont l’entrée est surveillée par des gardes H24. Les mecs ont carrément enlevé l’accès à la mer aux villageois en privatisant toute la côte du village. Un truc de fou. Enfin en théorie les plages sont accessibles à tout le monde. Mais bon qui traverserait une entrée d’hôtel qui fait un kilomètre avec des colonnes grecques et 14 gardiens en train de te mater ? Qui ? Heureusement qu’il existe encore quelques plages vraiment publiques et avec de l’ombre car sinon ça serait le comble sérieux…

Isla Mujeres!! ououou

Isla Mujeres!! ououou

Puerto Venturas (le seul côté joli!)

Puerto Venturas (le seul côté joli!)

Bref, un peu blasés, on se rend compte que l’appart est dans une ville privée et qu’il y a un bassin à dauphins sur la place centrale. Un bassin à dauphins avec des mexicains en combi qui crient et leur touchent le museau. Franchement ça ressemble étrangement à un cauchemar que j’ai fait un jour, je vous jure. Bref, Uncas et Goyette pas dans leur élément du tout là… Mais bon malgré tout cela, il y a pas mal de choses à voir dans la région : le site de Tulum notamment, important centre commercial pour les mayas dont la principal attraction est son « château » qui servait de phare aux marins mayas (prévoir de l’anti moustiques avant votre visite, j’ai des milliers de cicatrices depuis ce jour où des milliers non des millions (!) de moustiques nous ont littéralement dévorés sur le site). Mais aussi le site archéologique de Coba, ville maya de 50000 habitants lors de son apogée au VIIème siècle après JC, reliée à presque toutes les autres villes, du Guatemala au nord de la péninsule, par des chemins qu’on appelle Sacbé et qui possède la pyramide Nohoch Mul du haut de laquelle tu peux seulement voir de la jungle, de la jungle et encore de la jungle. Vous pouvez aussi aller vous baigner au Gran Cenote (c’est cher mais ça vaut vraiment le coup). Ah oui les cenotes mais qu’est-ce donc ?! En trois phrases : toute la péninsule est un gruyère, les sols sont très calcaires et sous la terre, c’est un gigantesque réseau de grottes, rivières et lacs souterrains qui s’étend sous toute la région. Du coup lorsqu’il y a des effondrements de terrain cela créent des gouffres ou des sortes de puits si vous voulez qui se remplissent d’eau douce, parfois on trouve de l’eau de mer aussi car tout ce réseau est relié à l’océan of course ! Il y a des cenotes grottes (super méga flippants !), des cenotes à ciel ouvert (un peu piscine) ou des cenotes semi ouverts (cool !). Pour les mayas c’était des sources d’eau bien entendu mais aussi des portes vers l’infra monde, on y a trouvé beaucoup d’offrandes notamment. Certains y font de la plongée avec des lampes torches, mais la plupart s’y baignent tout simplement. Ah oui car bien entendu certains sont hyper profonds, et avec un masque et un tuba tu peux te faire une tite frayeur genre tu peux seulement apercevoir comme une grotte sous l’eau, tu ne vois pas le fond et cela part dans tous les sens… et là tu te dis mais putaing de merde quelles bestioles doivent vivre là-dedans ?? Celui qui en a le plus peur c’est Uncas. Moi ça va tant qu’il y a du monde par contre on s’est baigné dans un cenote/grotte tout seuls et là c’est juste pas rassurant du tout…surtout avec Uncas qui toutes les 2 secondes et demi te dis « putain j’ai vu un truc là ! » j’ai vu un truuuuccc !! ». Bref c’est un truc à ne pas louper dans le Yucatan et Quintana Roo ! Sinon vous pouvez toujours aller en France, au cenote du Gouffre de l’œil doux, dans le massif de la Clape sur la commune de Fleury dans l’Aude…mais direct c’est moins sexy. Derniers trucs sur Tulum et ses environs: n’essayez pas comme nous d’aller jusqu’à Punta Allen en une aprem avec une mini voiture : vous perdrez du temps, ce n’est pas une route mais une piste ! (bon ça nous aura permis de voir un croco dans son élément naturel et faute de mieux d’aller boire plein de margaritas au bord de la plage mais bon….), si vous aimez le shop allez à Playa del Carmen, si vous aimez les tortues allez à Akumal avec votre masque il y en a partout et c’est gratos ! (je le dis car les activités gratuites dans le coin ça relève de l’exceptionnel !). Attention pour les âmes sensibles : une tortue géante qui vient d’une nageoire décidée vers toi c’est creepy. Vraiment. Elles ont toujours un air méga vener, mode super saiyan, pas contentes.

Tulum!

Tulum!

Tulum beach...!

Tulum beach…!

Coba!

Coba!

Jungle....

Jungle….

Biosphère Sian Ka'an, en direction de Punta Allen

Biosphère Sian Ka’an, en direction de Punta Allen

Un truc qui est top top sur la côte Caraibes c’est quand tu te barres de tout ça direction le sud, frontière avec le Belize et que tu atterris à Mahahual puis encore plus au sud à Xcalak. Et là c’est vraiment pas la même chose. Là, il n’y a plus de touristes, là il y a Big Mama, le resto au bord de l’eau où on a mangé les meilleures quesadillas de toute notre vie (c’est pas rien !), là il y a Xcalak où on est resté deux nuits tout seuls avec des chambres donnant sur le grand bleu et le deuxième plus grand récif coralliens au monde. A ta droite sur le sable blanc, des kayaks à dispo pour aller y faire un tour. OUAH ! Seul truc si vous y allez prévoyez de la bouffe car il n’y a rien à Xcalak et vous vous éviterez un aller-retour qui prend 4h pour Mahahual où d’ailleurs vous ne trouverez que les produits de base : farine, riz, œufs et quelques légumes. Oui car on a essayé de trouver du poisson dans le bled et impossible… on nous a bien dit que Don Arturo en avait mais il nous a dit qu’il n’avait pu pêcher à cause des pluies. La même journée on a rencontré un gars sur la plage qui vendait des homards. Normal.

Le hamac dans l'eau, un grand classique à Mahahual...

Le hamac dans l’eau, un grand classique à Mahahual…

Cocotier, plage, mer des caraibes..que demander de plus?!

Cocotier, plage, mer des caraibes..que demander de plus?!

Pour ceux qui kiffent la plongée allez-y avec un peu de tunes car il y a une école de plongée qui s’est installée dans le bled après l’ouragan qui a dévasté toute cette partie du Mexique et fait fuir ses habitants. Ils proposent plein de trucs qui ont l’air chouette. Pour ceux qui n’en ont pas (de tunes !) un masque et un tuba suffiront, nous c’est ce qu’on a fait et déjà tu t’en prends plein les yeux. C’était la première fois que je voyais du corail dans son milieu naturel et ça fait juste rêver, toutes ces couleurs, ces plantes qui sont en fait des animaux, les poissons multicolores etc etc. Bref c’est le bout du bout du monde et c’est magique…chuuutt faut pas trop en parler…Sur ce…on vous raconte la suite de nos péripéties le week end prochain ! Bises à tout le monde !

us

us

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *